innommable


innommable

innommable [ i(n)nɔmabl ] adj.
• 1584; de 1. in- et nommer
1Didact. Qui ne peut être nommé. « l'attente de quelque chose d'inconnu, d'innomé et d'innommable » (Daniel-Rops).
2Cour. Trop vil, trop ignoble pour être désigné. dégoûtant. « une matière innommable, faite de toutes les matières immondes que rejette une ville » (Maupassant). Nourriture innommable. infect.
Abstrait Bas, vil. Une conduite innommable. indigne, inqualifiable.

innommable adjectif Trop détestable pour recevoir un qualificatif, un nom : Une mixture innommable.innommable (synonymes) adjectif Trop détestable pour recevoir un qualificatif, un nom
Synonymes :
- infâme

innommable
adj. Trop répugnant pour qu'on le nomme.
|| Inqualifiable. Conduite innommable.

⇒INNOMMABLE, adj.
Qui ne peut être nommé; qu'on ne veut ou qu'on ne peut nommer :
1. On sentait, là dedans, le lait, la pomme, la fumée, et cette odeur innommable des vieilles maisons paysannes, odeur du sol, des murs, des meubles, odeur des vieilles soupes répandues, des vieux lavages et des vieux habitants, odeur des bêtes et des gens mêlés, des choses et des êtres, odeur du temps, du temps passé.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Fermier, 1886, p. 654.
A. — Qu'on ne peut définir, qualifier. Monstres innommables, ne dépendant d'aucune famille précise, tenant de la panthère et du porc, de la bayadère et du veau (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 136). Mais Dieu, loin de déclarer ainsi qu'il est innommable, indique dans la phrase suivante qu'il a révélé son nom véritable (Théol. cath., t. 4, 1, 1920, p. 957) :
2. Un vent léger tomba du ciel noir qu'il agitait comme à plis funèbres dans toute l'épaisseur de ce qui sembla d'abord la matière même, inconnue et innommable, du chaos primitif, mais se révéla enfin être, et planant sur tout ce paysage de cauchemar, une lourde couverture de nuages gris.
GRACQ, Argol, 1938, p. 146.
B. — Usuel, fam.
1. Avec une valeur péj. Auquel on ne veut pas donner de nom; auquel on pourrait difficilement donner un nom pour des considérations d'ordre esthétique ou logique. Sur la couverture s'étalait, en or, une chose innommable qui s'appelait pourtant le Trocadéro (JAMMES, Mém., t. 1, 1921, p. 150) :
3. De chaque côté de la barque, quatre planches clouées ensemble s'avancent au-dessus de l'eau comme un balcon toujours lavé par les vagues; un petit tasseau les soutient en dessous; un grand trou s'arrondit au milieu. Je te laisse, cher Théophile, à deviner l'usage de cette innommable construction. La vue seule en fait frémir; un coup de mer un peu violent doit vite emporter ce léger échafaudage et celui que l'impérieuse nature y conduit.
DU CAMP, Nil, 1854, p. 284.
[Avec valeur superlative] Votre chambre est un innommable fourre-tout, en ce moment (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1910, p. 202). V. digne ex. 2.
Emploi subst. Un homme qui se dissout devient légion, mais légion d'innommables. Un empire qui se détruit engendre un chaos fourmillant d'individualités ennemies. Le bien simplifie, le mal complique (AMIEL, Journal, 1866, p. 226).
2. Qui est trop bas, trop abject pour être nommé, qualifié, décrit. Le directeur du palace, un ignoble inverti (...) fut trouvé assassiné dans son bureau, vers les dix heures du soir. Ce drame s'était passé au cours d'une scène innommable, comme le démontra l'autopsie (L. DAUDET, Brév. journ., 1936, p. 189) :
4. ... tout ce qui nous gouverne et tout ce qui nous tient, par l'argent, le pouvoir, le sabre ou les croyances, demanda chaque jour sa pâture de logique pharisienne et l'obtint. Toute une classe innommée, innommable, de possédants, s'en reput, y trouva les satisfactions intellectuelles de sa vie.
CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 78.
Prononc. et Orth. : [in(n)]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1584 « qu'on ne peut appeler par son nom » (BOUCHET, Sérées I, p. 363 ds LA CURNE), attest. isolée; 1796 « à qui on ne peut donner un nom » (RESTIF DE LA BRET., M. Nicolas, p. 238); p. ext. 1854 « trop détestable pour recevoir un nom » supra ex. 3. Dér. de nommer; préf. in-1; suff. -able. Fréq. abs. littér. : 74.

innommable [i(n)nɔmabl] adj.
ÉTYM. 1584; de 1. in-, nommer, et suff. -able.
REM. L'adjectif se place avant et après le nom, en épithète.
1 Didact. Qui ne peut être nommé. → Innommé, cit.
1 Rien. Il n'y a rien. L'innommable horreur du non-être. C'est peut-être ce qu'éprouvent les mourants qui n'ont pas la foi.
J. Green, Journal, La Terre est si belle, 12 avr. 1977.
N. m. Ce qui est innommable. || « Dieu sans forme, l'Innommable, l'Illimité » (Romain Rolland). || L'Innommable, œuvre de S. Beckett (1953).
2 Il aurait fallu les arracher, comme ça, en les épelant doucement à mi-voix, au trouble ignoble de l'indétermination. Les rappeler à la vie, les faire objets, hors de cette éternelle nuit de l'innommable.
J.-M. G. Le Clézio, la Fièvre, p. 166.
2 (1854, Maxime du Camp, in T. L. F.). Cour. Trop vil, trop ignoble pour être désigné. Dégoûtant, infect. || Une mixture innommable. || Une odeur innommable (→ Poitrinaire, cit. 3). || Un innommable gâchis (cit. 4).
3 Ce quartier neuf ! (de Tunis) Quand on songe qu'il est entièrement construit (…) sur une matière innommable, faite de toutes les matières immondes que rejette une ville (…)
Maupassant, la Vie errante, « Tunis », p. 200.
Des procédés innommables. Bas, inqualifiable, vil.
(Domaine moral; personnes). || Ce type a été innommable avec vous. Infect. || D'innommables salauds.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • innommable — (i nno ma bl ) adj. Qui ne peut pas être nommé ; pour qui l on ne saurait trouver un nom. HISTORIQUE    XVIe s. •   Nous trouvons en Lucian qu un juge appella en jugement un pour l avoir nommé par son nom, pensant ce juge, depuis qu il estoit… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • INNOMMABLE — adj. des deux genres Qui ne peut pas être nommé, qualifié, en parlant d’une Chose répugnante, odieuse …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • L'Innommable — Auteur Samuel Beckett Genre Roman Pays d origine  Irlande Éditeur Éditions de Minuit Date …   Wikipédia en Français

  • stronk — innommable …   Dictionnaire Breton-Français

  • Samuel Beckett — Pour les articles homonymes, voir Beckett. Samuel Beckett …   Wikipédia en Français

  • NOM — L’analyse grammaticale distinguait les noms communs et les noms propres. Les premiers correspondent, selon l’analyse logique classique, aux termes généraux qui se disent de plusieurs, et les seconds aux termes singuliers qui ne se disent que d’un …   Encyclopédie Universelle

  • Malone Meurt — Auteur Samuel Beckett Genre Roman Pays d origine  Irlande Éditeur Éditions de Minuit Date de parution 1951 …   Wikipédia en Français

  • BECKETT (S.) — Pour Samuel Beckett plus que pour tout autre écrivain moderne – sauf peut être Kafka –, la création littéraire aura signifié exil, isolement, résistance. Né en 1906 dans une famille protestante de la banlieue de Dublin, l’écrivain multipliera,… …   Encyclopédie Universelle

  • innommé — innommé, ée ou innomé, ée [ i(n)nɔme ] adj. • 1370 , 1835; de 1. in et nom ♦ Qui n a pas reçu de nom, de dénomination (⇒ innommable, 1o ). innom(m)é, ée adj. Litt. Qui n a pas reçu de nom …   Encyclopédie Universelle

  • ANTHROPOMORPHISME — Au sens usuel et étroit, le terme «anthropomorphisme» définit le procédé erroné et illégitime par lequel une pensée insuffisamment critique attribue à des objets situés hors du domaine humain – objets naturels ou objets divins – des prédicats… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.